Frédèric LEBAIN
Exposition au Centre Culturel de Ribérac

 

site : www.propice.com
e-mail  : fredlebain@propice.com

 

 

Vit et travaille à Asnieres, France

Frédéric Lebain, cuisinier de formation, styliste culinaire puis photographe a publié divers ouvrages dont Clubbers, Tokyo housses, Palindrome et a participé depuis 1999 à de nombreuses expositions personnelles et collectives en France et à l’étranger.

 

Expositions :

2006
Galerie philippe chaume, chocolat

2005
Exhibition Gallery Wall - Tokyo

Rencontres d’Arles, France

Exhibition Cactus Galerie Philippe Chaume, Paris 2004 Rencontres d arles, France

2004
Galerie W Paris

2003
Centre d’art de Porto Vecchio - Corse

Colette - Paris

La peripherie - Malakoff

boutique Agnés B- Taipé

2002
Galerie Press office Agnés B –
Honk-kong

Galerie Speak For - Tokyo

Terres d’images - Biarritz2002 Web barMarseille

2001
Web bar paris

Galerie Madé

Prize «attention talent Fnac »

2000
Galerie la périphérie, malakoff.

Espace St Louis, Paris.


Expositions Collectives  :

2005
Exhibition Allodi-R -Tokyo

2003
Collectif Carnets de voyage –
Bon Marché Paris

Jeune Création

2002
Terres d’images biaritz

La friche Belle de mai (Marseille)

2001
Jeune création à la Vilette

2000
Galerie éof (during the month of photographie Paris.)

1999
Salon international de la recherche photographique à Royan (SIRP).


Publications :

Mes vacances avec holga
( edité par lomography )

Irashaimasse ( edité par France Delory )

Clubbers ( Auto-edité )

Tokyo housses ( Auto-edité )

Palindrome ( Auto-edité )


Magazines :

Beaux arts magazine, Celeste, Hinism, Nuke, L’officiel, Fooding

 

Les bêtises au chocolat

« Prière de ne pas toucher ! ».
Les photographies de Freddie sont de ses gourmandises qu’on a le droit de toucher et de manger mais seulement avec les yeux. Tous les objets choisis sont des extraits des souvenirs d’enfance du petit Freddie, à la maison, chez ses camarades, au musée, à la boulangerie : tout un univers personnel de reliques sacrées, gardées précieusement pour pouvoir être aujourd’hui immortalisées sur du papier
« non acide » « poudré » de jets d’encre.
(...)
Empruntant une technique très ancienne en
pâtisserie pour enrober les gâteaux de chocolat, Freddie a congelé des objets puis a ensuite pulvérisé dessus du chocolat chaud à l’aide d’un aérographe. Par la magie de cette petite cuisine interne, ces objets pétrifiés sous le chocolat sont alors métamorphosés en des formes au design épuré et à l’aspect délicat du velours. Enfin, la prise de vue fixe définitivement sur la pellicule des « natures mortes » monochromes.

Charlotte Beraud
Freddie et la chocolaterie (extraits)

 

 






Association de Départementale de Développement Culturel