Marie GOUSSÉ
Artiste Plasticienne Intervenante Agréée D.R.A.C
Exposition à La Nouvelle Galerie - Sarlat

site internet : www.marie-gousse.com
e-mail : marie@marie-gousse.com

 

 

 

Vit et travaille en Picardie et en Rhône-Alpes

En 1994, Marie Goussé obtient une maîtrise de lettres et arts plastiques à Paris I Sorbonne.

Depuis 1991, elle expose dans toute la France et à l’étranger ; parallèlement elle conçoit et anime des ateliers de pratiques critiques des arts plastiques et intervient en écoles d’art, Amiens, Beauvais et en IUFM.



Expositions récentes :

2007
Acte 2 (74) / Facim (73) / Espace des Minimes et Château de Pierrefond (60)

2006
Musée archéologique de Saint-Romain en Gall (69) Familistère Godin (02)

2005
Biennale Internationale du lin, Québec / Sculpture de ville, Vervins (02).

2004
Résidence en Nouvelle-Calédonie Jardin contemporain et exposition à Nouméa / Centres culturels de l’Ambassade de France et de l’Alliance française à Port Vila, Effate,Vanuatu, Océanie

2003
Centre d’Art du Château de Lauris, Vaucluse

2002
Biennale Internationale d’Art Contemporain de Gumri, Arménie

 

 

 

Marie Goussé est ce qu’on pourrait appeler une artiste de la géoplasticité.

Elle intervient dans la nature, en utilisant des matériaux naturels et en respectant l’environnement. Le concept de nature
doit être entendu ici au sens large, il s’agit moins de choisir comme lieu d’intervention un paysage plus ou moins préservé des actions
de l’homme que de faire intervenir dans les oeuvres les phénomènes comme les altérations dues à l’air, l’eau, le vent, le soleil, la présence
de l’homme, etc.

Elle adapte ses créations au milieu construit par l’homme. Celles-ci ne se contentent pas de révéler l’esprit des lieux de leur intervention,
elles permettent à l’artiste, puis au visiteur, de se saisir, à son tour, comme lieu.
L’intervention permet que le soi vivant de l’homme s’accorde avec la vie des lieux, avec leur esprit propre.


La spécificité de Marie Goussé ne serait-elle pas de faire parler la nature ?
Faire parler en nous et pour nous «l’inconscient de notre civilisation ».
La nature serait le refoulé qui continue à parler en nous. Le choix de certains artistes, comme Marie Goussé, est de servir d’intermédiaires pour nous faire voir et entendre combien le souffl e de cette nature parle aussi de nous et des autres.





Association de Départementale de Développement Culturel