Le silex est une roche sédimentaire, formée à l'intérieur du calcaire. Un échantillon de silex présente, le plus souvent, des caractéristiques qui permettent de le rattacher à l'étage géologique dans lequel il s'est formé. La carte géologique indique les endroits où affleurent l'étage. On détermine ainsi une aire géographique à l'intérieur de laquelle les hommes ont pu collecter le silex. Les raisonnements sont conduits en considérant l'origine la plus proche.
Une fois l'origine géologique déterminée, l'étude de la répartition des affleurements permet de proposer une origine géographique. En croisant ces données avec celles de la
technologie lithique, il est possible de déterminer à quels niveaux de transformation les objets ont été introduits dans le gisement : bloc brut, préforme, support, produit

 

 


L'homme préhistorique, avant l'agriculture, ne produit pas son alimentation. Il doit exploiter les ressources alimentaires et techniques de son environnement. En parcourant le territoire, il collecte ce qui est nécessaire à son alimentation, d'origine végétale ou animale, et acquiert les blocs de silex et les autres matériaux de son équipement technique.

Ou les hommes préhistoriques se procuraient-ils le silex?
Dans la nature, le silex se rencontre le plus fréquemment dans les terrains meubles qui résultent de l'érosion du calcaire. C'est vraisemblablement dans ces terrains, bords de rivière, terrasses fluviatiles, coulées boueuses sur la pente d'une colline lors d'un dégel, que l'homme préhistorique s'est procuré ses matériaux sous la forme de blocs détachés de la roche mère.

L'examen, des différents types de silex utilisés comme matières premières renseigne l'archéologue sur leurs lieux d'origine et sur les distances entre ceux-ci et les sites préhistoriques où ils sont mis à jour. Cette étude apporte ainsi des éclaircissements sur les déplacements des hommes.