Potassium-argon

Cette méthode est applicable à des matériaux d'origine volcanique riches en potassium.

Le potassium 40 se transforme naturellement en argon 40. La dimension de l'atome d'argon ne lui permet pas de s'échapper de la structure cristalline du minéral dans lequel il est apparu. La proportion d'argon contenue est alors directement liée au temps écoulé depuis la solidification de la roche.

Cette technique s'applique à des périodes anciennes de plusieurs millions d'années mais est difficilement utilisable pour des âges inférieurs à 500 000 ans.

Surtout utilisée par les géologues, elle peut s'avérer utile pour l'archéologue pour dater indirectement des vestiges placés entre deux couches de roches éruptives.