Dans les couches de certains gisements, comme à la Ferrassie ou à la Madeleine, on a découvert, mêlées aux silex taillés et aux ossements, des oeuvres d'art : blocs gravés, blocs peints tombés de la paroi, objets en os, etc. Une datation relative est établie en référence à la couche où ont été trouvés les objets. On parlera de bas-relief solutréen, de gravures magdaléniennes.

Par cette méthode, A. Leroi-Gourhan propose en 1956 un système chronologique fondé sur l'évolution stylistique des figures à travers les différentes cultures.

Avec la méthode du Carbone 14, on a pu réaliser par la suite des datations indirectes des oeuvres d'art, en datant certains objets de la même couche, os ou charbon.


Dessin JG Marcillaud