Maurice ALBE
Nature morte aux raisins
Oeuvre acquise par le Conseil Général de la Dordogne en 2003
Univers de l'artiste

Graveur, peintre, illustrateur, sculpteur, céramiste, Maurice Albe a consacré sa vie et les multiples facettes de son talent à sa terre, le Périgord Noir, dont il a porté haut et loin les couleurs. Ses premiers souvenirs sont liés à cette terre, ses premières émotions à la lecture d'Eugène Le Roy, qu’il aura la chance de rencontrer en 1907, peu avant le décès de l’écrivain. Grâce à son oncle, le chanoine Edmond Albe, Maurice Albe découvre les grottes des Eyzies; le voilà déjà sensible à l’art des premiers hommes. Contraint d’entrer très jeune dans la vie active, Maurice Albe a déjà commencé à crayonner et réalise dès 1917 ses premières toiles. A 22 ans, il est sûr de sa vocation d’artiste. Accepté à l’école ABC de dessin, le voici à Paris, en plein des coeur des années folles. Il côtoie Picasso, Braque, Lurçat, Gris et fréquente l’atelier André Lhote, qui développe dans ses oeuvres sa vision d'un "cubisme sensible" auquel l’oeuvre picturale de Maurice Alhe se réfère, comme il l’expliquera plus tard: "Je ne voyais pas l'illustration comme on la concevait à l’époque. Je n aimais pas trop le réalisme, je traduisais des climats." Tout en continuant son apprentissage de la peinture et du dessin, Maurice Alhe découvre alors la gravure, qu’il pratiquera toute sa vie.

Très vite, Maurice Alhe se fait connaître par ses dessins qui paraissent dans plusieurs revues, puis par ses tableaux. Ses oeuvres sont autant d'hommages à sa terre natale dont il donne à voir paysages, architectures et scènes de la vie quotidienne. De retour à Sarlat en 1927, il devient, avec la publication de ses trois premiers bois gravés, l'imagier numéro un du Périgord; en mème temps qu'une des grandes figures du milieu artistique et littéraire régional. A une époque où la gravure est on vogue et est considérée comme le support idéal des scènes et des sujets de "terroir", Maurice Albe en devient bientôt l'un des maîtres incontestés, illustrant pour la première fois une oeuvre d'Eugène Le Roy, l’année rustique en Périgord. L’osmose est si grande entre l’écrivain et l’artiste qu’elle lui apporte la consécration.
Dés lors, la gravure est et demeurera au centre de toute son oeuvre. Les critiques saluent "l’énergie du trait fortement marqué", le contraste des blancs et des noirs, la précision des lignes, tantôt souples, tantôt raides, qui soulignent et traduisent si bien "l'ossature des paysages" du Pèrigord. Mais l'artiste croque aussi au fil de ses promenades personnages, scènes, silhouettes. Exposant avec succès à Périgueux, Bordeaux, Paris, Maurice Albe, tout en continuant sa carrière d'illustrateur, aborde la sculpture et travaille dans la décoration. En 1930, il publie une des ses oeuvres maîtresses, Images du Périgord Noir, qui réunit dix-huit bois gravés, dédiés à la mémoire d'Eugène Le Roy. Au cours de son nouveau séjour à Paris de 1931 à 1939, il organise sa première exposition personnelle en 1932, sous le titre "Images du Périgord", où il présente peintures, dessins, croquis et xylographies. Viennent ensuite d'autres rencontres marquantes avec Georges Rocal qui lui réclame une série de bois gravés pour Les Croquants du Périgord, puis, après son retour définitif en Périgord en 1945, avec le conteur Jean-Louis Galet et l'imprimeur-éditeur Pierre Fanlac qui lui confie, entre autres, l’illustration de la trilogie des oeuvres maîtresses d'Eugène Le Roy. Participant à de nombreuses manifestations artistiques, très engagé dans la vie associative, Maurice Albe ne cessera jamais d’élargir l’éventail de ses techniques, s'intéressant également à la terre cuite et à la céramique. Mais il n’aura de cesse de transmettre son art, en enseignant dans plusieurs établissements scolaires de la Dordogne, et marquera pour longtemps l’histoire de l'Ecole Municipale de Dessin et des Arts Décoratifs de Périgueux qu'il dirigera pendant plus de quarante ans. La grande rétrospective qui lui a été consacrée en 1996 à Périgueux, à travers quatre expositions, donne toute la mesure d’une oeuvre ancrée dans la terre du Périgord Noir et devenue maintenant intemporelle par le talent de celui qui a su si bien l’exalter.

Fermer la fenêtre

 



Son univers




© F.D.A.C. 2006 Tous droits réservés