Sommaire

Histoire
Moulin de Pinard
Moulin Martin
Moulin à papier de Couze
Fabrication du papier
Papèterie de Vaux-Malherbeaux

Base images
Bibliographies
Index
Contacts




                      

L'activité papetière au début du XXème siècle.

. Les matières premières
La paille provient en grande partie de la région de Lanouaille. Les achats de paille sont croissants jusqu'à la veille de la première guerre mondiale (540 tonnes par an en moyenne en 1898/1899 à 730 tonnes en 1910/1911). La fabrication du papier paille nécessite aussi de la chaux qui sert à activer la macération de la paille et du charbon.

. Evolution de la production
La production du papier paille est devenue une spécialité limousine. La production annuelle est de l'ordre de 50 millions de tonnes au début du siècle. En 1896, la papeterie de Vaux-Malherbeaux fabrique près de 350 tonnes de papier, 500 tonnes en 1913. La production est perturbée par la première guerre mondiale. Le jeune Léon Ragot est mobilisé. L'activité est arrêtée de mars 1915 à septembre 1915. Après une légère reprise, la papeterie est à nouveau fermée en 1917. La production reprend après le retour de Léon Ragot en janvier 1919.

. Des débouchés dans le domaine alimentaire
Le principal débouché du papier paille est celui des bouchers. Il restera essentiellement papier d'emballage et de cartonnage. La Société Générale des Papeteries du Limousin fait référence au décrêt du 28 juin 1912 dans ses publicités pour le papier de paille "Epi d'or". On peut lire: " L'hygiène la plus élémentaire exige l'emploi du papier paille. Le décrêt du 28 juin 1912 interdit de placer en contact direct des papiers usagers manuscrits ou imprimés en noir ou en couleur, les denrées alimentaires humides ou grasses. Qu'il s'agisse de volailles, viandes, poissons, beurre, graisses, légumes et fruits frais, l'emploi du papier paille est nettement et formellement indiqué. Il y a donc lieu de proscrire rigoureusement l'utilisation des papiers souillés, parce que ces papiers sont extrêmement dangereux pour la santé publique... Propreté, légèreté de manipulation (il ne pèse que 90 grammes ou 75 grammes au mètre carré), il ne multiplie pas le poids des provisions...".

     

Cette base a été conçue par le Lycée St-Joseph de Sarlat puis réalisée et hébergée par
le Conseil Général de la Dordogne