Sommaire

Histoire
Moulin de Pinard
Moulin Martin
Moulin à papier de Couze
Fabrication du papier
Papèterie de Vaux-Malherbeaux

Base images
Bibliographies
Index
Contacts

 




                      

La papeterie en proie à des difficultés

Des inondations à l'origine de dégâts très importants
L
e 14 octobre 1876, la papeterie de Vaux doit cesser toute activité à la suite d'importantes inondations. " La digue de l'étang a été emportée ainsi que la papeterie". De même, "l'usine de Malherbeaux est en partie détruite, matériel compris".

Deux sites complémentaires pour la fabrication du papier de paille
En 1878, la société "Bon, Anglard et compagnie" est dissoute, Camille Bon se porte acquéreur pour 25.000 francs de la totalité de l'actif de la société. Un de ses fils, Félix, acquiert les droits sur Vaux et Malherbeaux. Dans le contrat, on peut lire:" L'usine à papier paille forme deux exploitations séparées et reliées entre elles par une route, d'un parcours de quinze cent mètres environ... l'exploitation de Vaux sert à la conversion des pâtes en papier jaune...; et celle de Malherbeaux, est destinée à la macération et à la trituration des pailles qui y sont réduites en pâte...".

Après une dégradation de la situation financière de Félix Bon, celui-ci doit déposer son bilan le 23 février 1893. La papeterie est rachetée le 9 août 1893 par Paul Martial Dieuaide et Jean Ragot qui créent la société "Dieuaide et Cie".

     

Cette base a été conçue par le Lycée St-Joseph de Sarlat puis réalisée et hébergée par
le Conseil Général de la Dordogne