Sommaire

Histoire
Moulin de Pinard
Moulin Martin
Moulin à papier de Couze
Fabrication du papier
Papèterie de Vaux-Malherbeaux

Base images
Bibliographies
Index
Contacts




                      

Une reconversion dictée par la conjoncture économique.

Le déclin des forges traditionnelles
Au milieu du XIXème siècle, la plupart des forges du Périgord sont dans une situation difficile. C'est le cas de la forge de Malherbeaux dont la production diminue faute de débouchés suffisants. Le traité de libre-échange signé entre la France et l'Angleterre en 1860 porte un coup mortel aux maîtres de forges périgourdins. Ils ne peuvent pas lutter face à la concurrence des installations métallurgiques britanniques plus productives, offrant des fers à moindre coût.

Des conditions favorables pour le papier de paille
A la même période, les fabriques de papier de paille sont au contraire, en pleine expansion. La paille de seigle offre une matière première avantageuse, le seigle, céréale des terres acides et pauvres est cultivé abondamment dans cette région du Périgord - Limousin sur les sols granitiques. Il présente une paille de grande longueur, riche en cellulose. Les fabriques de papier de paille tendent à supplanter les fabriques de papier-chiffon, dont la matière première est devenue trop chère.

La création de la papeterie de Vaux-Malherbeaux
En 1861, Camille Bon, héritier d'une puissante famille de maîtres de forges d'Excideuil, frère cadet d'Hippolyte Bon, fait une demande de conversion de la forge à fer de Vaux, en usine propre à la fabrication de papier de paille. En 1863, une société est crée dont l'objet est: " le commerce des papiers de paille et des fers fabriqués dans les usines de Vaux et Malherbeaux ". Camille Bon apporte l'usine à papier de paille de Vaux; Alfred Dumas de Lavareille, la forge de Malherbeaux pour la fabrication des fontes et des fers; Julien Anglard, des fonds ruraux et 25.000 francs en marchandises. L'usine est règlementée par arrêté préfectoral du 3 mars 1863.

     

Cette base a été conçue par le Lycée St-Joseph de Sarlat puis réalisée et hébergée par
le Conseil Général de la Dordogne