Sommaire

Histoire
Moulin de Pinard
Moulin Martin
Moulin à papier de Couze
Fabrication du papier
Papèterie de Vaux-Malherbeaux

Base images
Bibliographies
Index
Contacts




              

A cette étape, le papier est un véritable buvard. Il est impossible d'écrire dessus. Aussi faut-il l'imperméabiliser par l'opération de l'encollage. Elle peut se faire de deux façons:

- dans la masse: au moment de la préparation de la pâte. La colle est ajoutée et mélangée à la pâte avant la réalisation de la feuille par l'ouvreur.

- "au tremper de gélatine". ce procédé très ancien, né au XIIIe siècle, fut employé jusqu'au XVIIIe siècle. Le collage est effectué deux fois par mois. Les jours de collage, on met à bouillir à petit feu dans une énorme marmite ronde en cuivre, de l'eau additionnée d'os, membranes, tendons, peaux sèches... Le produit gélatineux obtenu est mélangé à de l'alun pilé. La colle ne doit être ni trop claire, ni trop épaisse et est maintenue à une température constante. Chaque papetier a sa recette d'encollage qui nécessite beaucoup de savoir-faire. Cette opération conditionne l'imperméabilité, la résistance et la durabilité du papier.

Les feuilles sont trempées par liasses de plusieurs dizaines de feuilles dans la colle puis passent sous la presse pour éliminer l'excès de colle. Après un second séchage au grenier, les feuilles sont prêtes à être expédiées au client.

     

Cette base a été conçue par le Lycée St-Joseph de Sarlat puis réalisée et hébergée par
le Conseil Général de la Dordogne