Sommaire

Histoire
Moulin de Pinard
Moulin Martin
Moulin à papier de Couze
Fabrication du papier
Papèterie de Vaux-Malherbeaux

Base images
Bibliographies
Index
Contacts

 




              

A Couze, l'activité papetière reste prospère jusqu'au XIXe siècle. Après avoir travaillé longtemps pour des commanditaires hollandais les papetiers en proie à des difficultés, à la concurrence du bois et de la fibre végétale vont s'orienter vers le papier filtre, avant de connaître un déclin inexorable au début du XXe siècle, qui amènera la plupart des papetiers, à cesser peu à peu toute activité.

Des moulins travaillant principalement pour la Hollande: le temps de la prospérité

Jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, la Hollande représente le principal marché des papetiers de Couze. C'est l'époque où les Provinces Unies, éprises de liberté, sont la terre d'élection et de diffusion d'ouvrages dans toute l'Europe. Leur production en papier est très nettement déficitaire face à une demande qui ne cesse de croître. Cette situation donne une grande impulsion à la fabrication périgourdine et angoumoisine. Les papetiers de Couze agissent comme des sous-traitants, le papier fabriqué est revendu comme papier de Hollande en Europe du nord et en Russie par des négociants hollandais.
Monsieur Nicolaï, auteur de deux ouvrages, l'un sur l'histoire des moulins à papier du Sud-Ouest de la France, l'autre sur les filigranes explique: " la production était retenue deux années à l'avance par contrats reçus chez le notaire où l'on stipulait la sorte de papier que le fabricant devait livrer, son poids, ses dimensions, sa qualité. Un échantillon signé par les parties et le tabellion était joint au contrat ainsi que le modèle de filigrane ".
     

Cette base a été conçue par le Lycée St-Joseph de Sarlat puis réalisée et hébergée par
le Conseil Général de la Dordogne