La vallée, lieu de convergence de l'homme et des éléments.
Villages à flanc de falaise, terre fertile et accessible, navigation fluviale pour le transport des marchandises.



> Pour une plus grande image cliquez sur celle qui vous intéresse (40 Ko environ)


Le parcours de l'eau en Périgord marque aussi l'histoire de l'homme dans la vallée la plus anciennement peuplée d'Europe: la Vézère. Site de référence de la préhistoire en europe, cette vallée abrite des sites remarquables :

      - les Eyzies et l'abri Pataud
      - la grotte du Grand Roc
      - la grotte troglodytique de St Cristophe au Moustier.

La Vézère qui prend sa source au Puy Pendu sur le plateau des milles vaches a creusé une vallée profonde dans les calcaires du Périgord.
> Pour une plus grande image cliquez sur celle qui vous intéresse (40 Ko environ)

La Dordogne passe au pied de hautes falaises calcaires. De nombreuses traces d'occupation humaine datant des temps préhistoriques y sont présentes sous forme d'habitat troglodytique. De superbes villages, comme Beynac, La Roque Cajeac, Domme y perpétuent le lien étroit entre l'homme et rivière.


 

 Les forêts du Périgord sont principalement des forêts de feuillus où dominent les chênes.
Mais les variations géologiques et climatiques sont nombreuses, et offrent des paysages fortement contrastés. L'exploitation du noyer est aussi une des caractéristiques de la Dordogne.

Profonde et d'un accès malaisé comme dans les gorges de l'Auvézère, aux formes douces et parcourue par de nombreux ruisseaux dans la forêt de la Double, dense dans la forêt de Campagne avec ses habitats troglodytiques dissimulés dans la végétation.... la forêt est un cadre idéal pour la faune sauvage particulièrement abondante en Périgord. Au milieu du siècle dernier, la forêt couvrait 22% du département de la Dordogne; aujourd'hui, la surface boisée dépasse les 40%.

"La forêt obsédante.
Élément fondamental du milieu naturel, la forêt de feuillus, associée aux boisements de pins, fut toujours présente, dès les temps les plus anciens de l'histoire rurale, dans les paysages agraires périgourdins qui s'organisèrent par rapport à elle. Communautés rurales, exploitations seigneuriales, granges et métairies monastiques se sont heurtées à l'écran forestier, toujours présent.../...Pendant longtemps, Double et Landais restèrent parfaitement vides, à peine grignotés, sur leurs lisières. Refuge des révoltés, des Croquants d'autrefois, elles ne s'ouvrirent que lentement et toujours parcimonieusement aux entreprises des défricheurs. Ces conquêtes furent toujours fragiles, la forêt reprenant ses droits dès que l'entreprise humaine s'affaiblissait en raison des crises démographiques successives."

Extrait de l'ouvrage dirigé par Arlette Higoulet-Nadal "Histoire du Périgord". Editions Privat.